in

Que retenir de la visite de Sébastien Lecornu au Maïdo?

Le « le feu est désormais figé » mais la situation reste « extrêmement fragile ». C’est en somme le message de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mers, qui est arrivé ce mardi matin à La Réunion pour constater les dégâts occasionnés par le feu sur le site du Maido. Il est arrivé à Petite France, accompagné du préfet de La Réunion Jacques Billant, après un survol de l’incendie en hélicoptère.

Même si la situation s’est quelque peu améliorée, le feu continue actuellement de brûler en sous-terrain. Les sapeurs-pompiers restent en alerte. Ils resteront tout de même mobilisés pendant au moins quinze jours supplémentaires.  « Nous sommes dépendants des conditions climatiques », a martelé Sébastien Lecornu.

« L’Etat engagera tous les moyens nécessaires pour protéger la nature et la population », a par ailleurs précisé le ministre des Outre-mers. Il a tenu un point de presse pour dresser la situation sur place. Il a notamment expliqué que le bilan a été revu à la baisse, 175 hectares ont brûlé pour l’heure, et non 200. Des renforts viendront appuyer les équipes déjà mobilisées :  80 sapeurs-pompiers et sapeurs-sauveteurs qui arriveront cette nuit. 25 tonnes de matériel sont acheminées, ainsi que 36 tonnes de retardant.

Aucun chiffre n’a été communiqué pour le moment. « On ne compte pas les moyens durant une crise, on les déploie », a soutenu Sébastien Lecornu. Il a profité pour saluer le travail des sapeurs-pompiers locaux. « C’est un moment décisif, une mise à l’épreuve de tout ce que nous avons mis en place depuis 2010-2011 », a-t-il commencé.

JP Junior

Contenu posté par Zoréole

« Zoreil + Créole = Zoréole ! »

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Covid-19 : découverte d’un vaccin efficace à 90%

Le Dipavali : la fête de la lumière dans la Covid