in

La distanciation sociale déjà aux oubliettes ?!

A peine avions eu le temps de digérer les longues semaines de confinement que les (mauvaises) habitudes refont surface. Même si le port du masque est plus ou moins respecté à La Réunion, il semblerait que le respect de la distanciation physique ou sociale, c’est selon, soit assez difficile à assimiler. Il n’est pas rare de voir s’agglutiner près des DAB de nombreuses personnes faisant fi des dangers auxquelles elles s’exposent. 

Dans la ville de Saint-Louis, nous avons surpris un attroupement devant le bureau de la poste. Et il n’y a pas eu le mètre de distance nécessaire. Le virus circule toujours, il serait dommage que nous reculions à cause de l’insouciance de quelques citoyens même s’il est difficile d’appliquer ces gestes de manières automatiques. Une personne malade qui ne porte pas de masque peut en éternuant ou en toussant projeter de minuscules gouttelettes (de l’ordre du micron). Or, le Covid-19 est extrêmement contagieux. Selon les estimations, un malade peut contaminer en moyenne 2,5 personnes.

Alors nous le rappelons : il faut se laver les mains, encore et toujours (utiliser un gel hydroalcoolique ou se laver les mains au savon), éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique, utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter immédiatement, saluer sans serrer la main, éviter les embrassades et évoluer à 1 mètre de distance les uns des autres. 

What do you think of this post?
  • Super (0)
  • Nul (0)
  • Totoche (0)
  • LOL (0)
  • Nèrvé (0)

JP Junior

Contenu proposé par Gégé

« C'est pas au vieux singe qu'on apprend à construire des limaces. »

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tan lontan : quand le conflore était un mets de consommation courante

Racisme en France : Virginie Despentes adresse une lettre aux « blancs qui ne voient pas où est le problème »