in

Racisme en France : Virginie Despentes adresse une lettre aux « blancs qui ne voient pas où est le problème »

L’Égalité est au centre de la devise nationale de la France depuis déjà 1848, pourtant dans les faits, il existe encore et toujours certaines différences au sein de la société. Une contradiction qu’a notamment constatée Virginie Despentes.

Dans une lettre puissante intitulée « Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème… », l’auteur de « Vernon Subitex » dénonce le racisme en France et explique pourquoi le fait d’être blanc procure aujourd’hui un certain privilège.

L’écrivaine commence sa lettre par « En France nous ne sommes pas racistes, mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements », avant de poursuivre « En France nous ne sommes pas racistes, mais dans la population carcérale les noirs et les Arabes sont surreprésentés. »  Elle continue ainsi en évoquant les petits gestes racistes au quotidien, au restaurant, dans les gares ou encore dans les contrôles de routine des forces de l’ordre.

Le privilège d’être blanc 

Elle termine enfin sa lettre en expliquant que le fait d’être blanc présente certains privilèges notamment sur le fait de ne pas avoir à subir le racisme au quotidien ou du moins s’en soucier. « Le privilège, c’est avoir le choix d’y penser, ou pas, explique-t-elle. Je ne peux pas oublier que je suis une femme. Mais je peux oublier que je suis blanche. Ça, c’est être blanche. Y penser, ou ne pas y penser, selon l’humeur. En France, nous ne sommes pas racistes, mais je ne connais pas une seule personne noire ou arabe qui ait ce choix. »

JP Junior

Contenu posté par Ando

La véritable classe consiste à ne pas se faire remarquer...

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La distanciation sociale déjà aux oubliettes ?!

Saint-Gilles : la 24e édition du Grand Boucan est annulé