in

Dossier : le esport à la conquête de La Réunion

Le sport électronique, communément appelé esport, est bien plus qu’une discipline. C’est un phénomène de société. Considérée comme « jeune », la discipline ne cesse de gagner des adeptes d’année en année. Le phénomène est tellement important que les écuries sportives se dotent également de leur division sportive.

Structuration

En 2016 par exemple, le PSG Esports a vu le jour. La division esport du club de la capitale est dirigée jusqu’en octobre 2017 par Yellowstar, ancien joueur professionnel de League of Legends, en tant que Head of eSports, puis actuellement par Yassine Jaada en tant que Chief Gaming Officer.

Bien que le jeu vidéo existe depuis près de 3 décennies, les premières approches professionnelles ne datent que de 1997, à l’occasion de la création de la CPL – ou Cyberathlete Professional League – aux Etats-Unis. A l’époque, de 300 pro gamers s’affrontaient sur un titre mythique : Quake. C’est en Corée du Sud que la structuration véritablement professionnelle fera son apparition. En 2008, la Corée du Sud crée l’IeSF (International e-Sport Federation) afin de faire reconnaître les compétitions de jeu vidéo comme un vrai sport.

En 2018, 47 pays sont membres de l’IeSF, dont la France. Le esport englobe de types de jeux très variés les cartes (comme Hearthstone), les combats (comme Streetfighter) ou les tirs (comme Counter Strike, Call of Duty ou Overwatch). Mais League of Legends, un jeu de stratégie, remporte les suffrages, c’est le  jeu le plus populaire du moment.

Chiffre d’affaires

D’année en année, les structures sentent la manne que peut représenter le esport. Les chiffres avancés donnent le tournis. En 2019, le sport électronique aura généré la somme rondelette d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires dans le monde. Comme en 2018, 40% de ces revenus proviennent des sponsors, 19% sont assurés par la publicité et 18% par les taxes de diffusion. Les éditeurs de logiciels génèrent 13% de ces revenus alors que le merchandising en produit 11%.

« Droits de diffusion et sponsoring sont en pleine croissance, assurant ainsi les principaux leviers du chiffre d’affaires mondial pour le sport électronique », détaille clubic.com. En France, l’e-sport aurait attiré 1,6 million de spectateurs en 2017 et engrangé environ 20 millions d’euros de revenus. Le 10 novembre 2019, Paris avait accueilli la grande finale des « Worlds », compétition mondiale du jeu vidéo Leagues of Legends, remportée par l’équipe chinoise FPX face aux Européens de G2 (3-0). Avec 99,6 millions de spectateurs en 2018, cette compétition en ligne est la plus regardée dans le monde. Le esport gagne tellement de popularité que la prochaine étape sera sûrement son inclusion dans les Jeux Olympiques.

Pari gagnant à La Réunion

Et à La Réunion ? Les jeux vidéo ont un succès important. Le esport commence à faire une belle percée. Sous l’impulsion d’une association comme Geek-Ali les tournois rassemblent de plus en plus de joueurs et se professionnalisent. Ayant senti le bon filon, les opérateurs n’ont pas hésité à emboiter le pas. Ainsi, à l’initiative de l’association et de Orange Réunion une compétition officielle a été lancée.

Lancé en mai, le RunEsport Series se décline aujourd’hui en 5 jeux : Mario Kart Tour, FIFA (PS4), Fortnite Solo, Fortnite Trio et League of Legends. Soutenue par Orange Réunion, l’association Run Cup et Le Cartel du Quasar pour leur formidable coopération l’initiative semble fédérer la communauté esport locale. Il faut dire que ces communautés telles que Rising-Sun, Fortnite fun 974 ont également joué le jeu.

« Le projet vise à développer et professionnaliser la communauté de Gaming à La Réunion », soutiennent les organisateurs. Grâce à ses différents partenaires, le RunEsport Series permet de proposer des tournois en ligne avec une finale lors du salon Geekali. Le pari semble gagnant : en témoigne, les nombreux participants qui se sont inscrits pour la compétition du RunEsport Series. Le succès est au rendez-vous. Nous ne pouvons que de rêver d’un athlète esport réunionnais qui porterait haut les couleurs de l’île durant les jeux olympiques, dans le futur proche.

What do you think of this post?
  • Super (0)
  • Nul (0)
  • Totoche (0)
  • LOL (0)
  • Nèrvé (0)

JP Junior

Contenu proposé par Super Payet

« N'est pas influenceur qui veut ! »

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Covid-19 : 2 nouveaux à la Réunion ce mardi

Une double explosion impressionnante à Beyrouth, au Liban