in

Interview : Naima Sa DIALLO, Auteur du Roman "Comment je suis devenue prof"

On s’interroge souvent sur la place des femmes dans la littérature.  Aujourd’hui, on vous propose de lire l’interview de Naima Diallo, professeur de Science de la Vie et de la Terre dans un collège à Aubervilliers en région métropolitaine et également romancière de l’œuvre “Comment je suis devenue prof” dont on a publié un article.

Qu’est-ce que ça fait d’être une femme écrivaine ?

« Ecrire fait en quelque sorte partie de mon ADN. J’écris depuis que je suis enfant des contes, des nouvelles ou simplement mon ressenti sur certains événements. C’est à la fois un plaisir et un moyen de m’explorer moi-même, de faire face à mes émotions. Devenir écrivain s’inscrit dans ce processus, tout naturellement, pour ma part. Je ressens aujourd’hui le besoin de me servir de l’écrit pour faire passer certains messages, pousser mes lecteurs à la réflexion et faire changer les mentalités.

Les mots ont un grand pouvoir et j’ai décidé de m’en servir. J’ai plusieurs casquettes dans ma vie de femme, professeure de sciences de la Vie et de la Terre, femme entrepreneure, et maintenant écrivain. Je veux juste permettre aux gens de voir plus grand et de ne plus avoir peur de s’épanouir ».

Quel étaient vos attentes en publiant le roman « comment je suis devenue prof » ?

« Ce premier roman publié est tout d’abord un défi personnel. Jusqu’à présent, je n’avais partagé mes écrits qu’à mes proches et c’était un challenge de mettre la lumière sur mes mots et m’exposer au grand jour, dans la peau d’un écrivain. Mais le besoin de partager était devenu trop fort, et j’ai fais confiance à mon intuition.

Ce roman est une ode à la liberté, un appel au changement positif et puissant. Je veux entrainer un questionnement chez mes lecteurs, et j’espère qu’il leur fera pousser des ailes. D’ailleurs, depuis je ne me suis plus arrêtée. Sur ma page facebook @naimasadiallo, les internautes peuvent me proposer une liste de mots, un par personne et je transforme ces mots en nouvelles. J’écris également des articles de développement personnel et d’épanouissement sur le site www.naimasadiallo.com où je simplifie des concepts expérimentés ou issues de mes lectures ».

Pensez-vous que votre message sera entendu par les jeunes en publiant ce roman ?

« ” Comment je suis devenue prof ” est une œuvre dédiée à la jeunesse. J’ai constaté que les jeunes avaient une énergie différente, et très puissante. Ils savent encore remettre en cause l’ordre établi, et s’accordent le droit de rêver ou sont souvent en questionnement. C’est une période clé de la vie et par ce roman, je veux vraiment les toucher et leur faire voir cette lumière qu’ils ont en eux.

Je reçois de nombreux messages de jeunes qui ont lu le roman et je suis à chaque fois très touchée. Je tiens d’ailleurs à les remercier grandement, car leurs mots me donnent une force inouïe ».

Quels conseilles donneriez- vous aux femmes qui n’osent pas prendre la parole a travers la littérature comme vous l’avez faite avec votre roman ” Comment je suis devenue prof ” ?

« J’ai moi-même longtemps hésité à rendre public mes écrits car je refusais que l’on sache ce qui pouvait se cacher au fond de ma personne. Mais cette peur disparaît lorsqu’on se rend compte que notre petite personne fait parti d’un grand ensemble. Nous sommes tous connectés les uns aux autres, et ce que nous vivons ou ressentons est ressenti de la même manière par d’autres. Il faut donc se connecter au message que nous souhaitons transmettre et oublier ses peurs et cette timidité, car le jeu en vaut la chandelle ».

 Dans votre roman vous parler d’une jeune fille mahoraise, devenue prof sachant que vous vous êtes professeur de SVT. Est-ce que c’est votre histoire personnelle ou un roman autobiographique ? D’où l’idée vous êtes venu ?

« Selma Sy est un personnage imaginaire, même si sa personnalité fait écho à la mienne, d’une certaine manière et son histoire est une fiction, écrite à la manière d’une autobiographie.

Je suis née à Mayotte et j y ai vécu jusqu’à mes 18 ans. Feu Mon père Abdullah Said Ali est de Sada et ma mère Kalatouni Abaine vient de Kani-Kéli. Mes parents nous ont toujours poussé à lire et à nous cultiver, à former notre esprit critique et pour cela je les remercierai toute ma vie ».

 Avez-vous pensez a écrire une suite de l’histoire de Selma Sy ? Par exemple (sa carrière professionnelle, ses conditions de femme de responsabilité etc.. )

« Il est bien possible que les aventures de Selma Sy continuent. Mais je vous réserve la surprise. Affaire à suivre… ».

Quels messages souhaitez-vous faire passer aux lecteurs ?

« Mon message est lisez, apprenez, et battez vous car la vie est un jeu. Mais les gagnants sont ceux qui ont le savoir et qui l’utilisent ».

Cliquez sur les Htags de cet article

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Littérature : « Mon Grand Mariage malgré moi »

Duo de choc : Harmonie et Ana’el de retour avec « Mon Lumière 2 »