Connecte-toi

Culture

Des artistes locaux s’exposent sur du bois de palette

Fleur Postaire

Publié

  1 946 Compteur de vues de l'article

Et si n’importe quel support pouvait être un champ d’expression pour les artistes ? Et si, quand on allait chez le coiffeur, on pouvait choisir devant quelle œuvre se faire couper les cheveux ?

C’est le pari original que s’est lancé Lucien Chézaud, gérant d’Actua à l’Ermitage, quand il a voulu moderniser son salon. Déjà, il a choisi uniquement du matériel de récup’ pour transformer son salon : des tablettes laquées, au bois de palettes pour les coiffeuses et les étagères, en passant par de la tôle ondulée chromée. « Je voulais proposer quelque chose de différent, et montrer qu’avec pas grand-chose, on peut faire quelque chose de bien et d’original », précise-t-il. II a donc fait appel aux Palettes de Marguerite Depuis, une association qui depuis cette année a initié un Chantier d’Insertion socio-professionnelle de publics en difficulté par la formation à la conception et à la réalisation d’objets mobiliers à base de matériaux de récupération. C’est ainsi que quatre jeunes du Port sont venus installer la semaine dernière l’ensemble du mobilier pour lequel ils ont également participé à la réalisation. Wilfrid Fontaine, l’un des Portois, se réjouit de sa participation au projet et du rendu final « J’étais chargé de la fabrication des supports de miroir. Il fallait démonter la palette entière, poncer et la remonter aux bonnes dimensions. Ça fait partie de mon travail. J’ai été agréablement surpris par la transformation en œuvre d’art. C’est nouveau pour nous de voir nos réalisations mises en valeur comme ça. Je me suis même demandé si c’était bien notre travail ! Une belle réussite ! À refaire ! ».

Mais le « truc en plus », c’est que l’art a également été invité à faire partie du concept. Quand Lucien Chézaud parle de son projet à Philippe Sidelsky, Architecte et Designer, et de « l’esprit palettes » qu’il souhaite donner au lieu, ce dernier lui dessine et modélise en 3D le salon et le mobilier. Il lui propose alors de faire décorer chaque palette par un peintre ou graffeur afin de présenter des coiffeuses personnalisées et donner un vrai esprit « ARTY » au salon. Philippe Sidelsy propose de réaliser lui-même une œuvre, et tous deux font ensuite appel à trois autres artistes de La Réunion. La peintre Sely, le graffeur Sept et l’aquarelliste Martine Monchablon rejoignent alors le projet. Une fois les supports créés, chacun a pu travailler sur sa pièce unique. Volontairement, Lucien Chézaud les a laissé créer chacun de leur côté, sans avoir vu les lieux, pour qu’ils puissent exprimer librement leur art sans être influencés.

Un concept à découvrir et à reproduire autant que possible !

  • Nèrvé (0)
  • LOL (0)
  • Totoche (0)
  • Piègue (0)
  • Doss (0)

Culture

Le marronnage à La Réunion expliqué dans une série animée

Jérémy kalou

Publié

Voici une première dans l’histoire du film d’animation à La Réunion. Il y a quelque temps de cela, grâce à YouTube qui permet de diffuser le tout premier dessin animé destiné aux enfants de la maternelle à la classe primaire. Il met en vedette les marrons réunionnais.

 

 

Cette vidéo d’animation a été postée sous la forme de comptine dédiée aux marmailles. Les comptines sont narrées en créole et sur la vidéo, vous pourrez apercevoir des sous-titres en français. Nous devons ce petit film d’animation à un jeune auteur réunionnais très prometteur, du nom de Michaël Joron.

Cet auteur a déjà travaillé avec la maison d’édition parisienne « Edilivre » pour son œuvre « Kamal, le chemin de l’évolution ». On le connaît également pour son parcours musical, alors qu’il était surnommé Ti Bang et faisait partie du label Thierry Gauliris Production. On n’oubliera pas non plus de citer son ouvrage ayant pour titre « Les anecdotes illustrées du mysticisme réunionnais ».

  • Nèrvé (0)
  • LOL (0)
  • Totoche (0)
  • Piègue (0)
  • Doss (0)
Continuer la lecture

Culture

La 29ème édition du Dipavali à Saint-André

Nanie

Publié

par

Cette année, La Réunion recevra le Dipavali à compter du 9 jusqu’au 11 novembre 2018. Manifestation religieuse qui se tient dans tous les recoins de l’île, le Dipavali, qui s’intitule cette année « Danse avec la lumière », est spécialement fêté à Saint-André. Cette fête compte parmi les plus populaires de la société tamoule à La Réunion.

Célébré durant la nuit la plus obscure de l’année avant l’Amavasti, à la 14ème lune, le Dipavali est un rituel au cours duquel les fidèles se réveillent de très bon matin, en commençant la journée par un bain à l’huile de sésame. Puis ils enfilent des habits neufs et vont au temple pour effectuer des prières.

À l’occasion de cette fête, les demeures sont ornées de files de lumières, tandis que des assiettes sucrées sont dégustées. Lorsque la nuit tombe, les pratiquants se regroupent en portant un costume indien traditionnel puis réalisent une procession nocturne en faisant allumer des bougies. Le programme de ces trois jours est très riche : spectacles, holy-holy, mêla indienne, ateliers, sans oublier le défilé de chars ainsi que le feu d’artifice.

  • LOL (1)
  • Doss (1)
  • Nèrvé (0)
  • Totoche (0)
  • Piègue (0)
Continuer la lecture

Culture

7ème édition du festival Danse Peï à partir du 7 octobre

Nanie

Publié

par

Le 7ème volet du festival international Danse Peï se déroulera à partir du 6 jusqu’au 27 octobre 2018. Cette édition mettra à l’honneur le patrimoine, la culture, le territoire, les racines, les innovations ainsi que le voyage. Danse Peï est l’opportunité d’emmener la danse partout. Ce festival proposera notamment des spectacles à Stella Matutina et à La Grande Chaloupe au Lazaret, et se déplacera dans les lieux les plus notables de la culture et du patrimoine de La Réunion.

Un programme très riche est attendu : 4 week-ends bien animés à la découverte de 4 richesses patrimoniales et d’une vingtaine de scènes diverses. Plusieurs artistes venant de Madagascar, de la métropole, de l’Afrique du Sud se rendront sur l’île pour cette occasion. Des artistes locaux seront bien évidemment présents. Cette édition aussi festive que familiale vous emportera vers un univers musical inédit. Dès le 6 octobre, le Lazaret recevra des enfants de l’île qui sont fiers d’affirmer leurs origines.

Crédit photo : Danse Péi

  • Nèrvé (0)
  • LOL (0)
  • Totoche (0)
  • Piègue (0)
  • Doss (0)
Continuer la lecture

Les incontournables

Il y a 2 années par Papangue • 114 885

Le Cari bouchon : il fallait y penser !

La créativité culinaire des Réunionnais semble être infinie et exaltante. C’est une très bonne chose pour le renouvellement de la...

Il y a 2 années par Joelle M. • 108 556

L’homme à tête de coq a été aperçu à Gillot

En novembre 1988, l’affaire était en première page du journal « Le quotidien » avec comme grand titre « le...

Il y a 2 années par Papangue • 120 661

« Mi aime quand mon fomn y tire mon mangé ! »

Une tradition presque désuète à La Réunion veut que la femme s’occupe de son homme le soir après une dure...

Il y a 2 années par Miss Sentinelle • 239 004

Un sandwich américain qui bat tous les records à La Rivière

C’est ce qu’on appelle une bataille gourmande. Les concours culinaires ont à présent le vent en poupe grâce aux émissions...

Il y a 3 années par Rudy Payet • 152 463

Qui se souvient de la 404 : la camionnette bâchée emblématique de La Réunion ?

On la reconnaît à ses gros yeux globuleux et son calandre souriant. Elle fait partie des héritages mécaniques de la...

Il y a 3 années par Bibi Jacko • 17 388

Des « soucoupes volantes » dans le ciel réunionnais

Ne vous inquiétez pas, il ne s’agit pas d’une invasion de martiens ni du débarquement d’extraterrestres belliqueux mais d’un phénomène...

Il y a 3 années par Aurélie Phileas • 67 396

Ça y est ! Le Solpak est enfin de retour !

  Si vous parlez de Solpak à un Réunionnais, il sourira, car il sait exactement ce dont il s’agit, et...

Facebook

Trending