in

Déchéance de nationalité : François Hollande cède aux pressions et fait machine arrière

A l’issue d’un bras de fer de 4 mois, François Hollande a renoncé, mercredi 30 mars à la mesure de l’extension de la déchéance de nationalité à tous les binationaux et de la constitutionnalisation de l’état d’urgence. Pour le Président, l’opposition est le coupable désigné. « Une partie de l’opposition est hostile à toute révision constitutionnelle. Je déplore profondément cette attitude », a-t-il notamment soutenu.

La révision constitutionnelle comportait deux volets principaux : la constitutionnalisation de l’état d’urgence et la déchéance de nationalité. Le texte est passé avec une confortable majorité auprès de l’Assemblée nationale par 317 voix pour, 199 contre et 51 abstentions, le 10 février. Après l’Assemblée, le Sénat a voté une version différente de l’article portant sur la déchéance de nationalité, rendant dès lors impossible son adoption en Congrès. Devant cette impasse, François Hollande n’a eu d’autre choix que d’annoncer sa marche arrière.

What do you think of this post?
  • Super (0)
  • Nul (0)
  • Totoche (0)
  • LOL (0)
  • Nèrvé (0)

JP Junior

Contenu proposé par Papangue

Tel un Busard de Maillard qui prend son envol pour observer d'en haut ce qui se passe en bas...

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’adolescent auteur du tir accidentel au gomme-cogne n’aurait aucun remord

20 millions d’euros pour financer 6 615 formations supplémentaires à La Réunion