in

Saint Expédit, le patron des causes désespérées… qui fait peur

A La Réunion, vous ne pouvez pas rater ce personnage. Trônant au milieu des ex-votos, des fleurs, bougies et autres pièces de monnaie, Saint Expédit fait objet d’un culte unique au monde. La statuette – habillée comme un légionnaire romain, tenant une croix dans sa main droite portant l’inscription hodie (aujourd’hui) et écrasant du pied gauche un corbeau qui prononce le mot cras (demain) – a exaucé bien des vœux.

Le culte de Saint Expédit est très important à La Réunion. Le saint a la réputation d’exaucer les vœux rapidement et de dénouer les situations les plus difficiles. C’est la raison de son énorme popularité sur l’île. D’ailleurs, ce culte original mêle parfois syncrétisme et croyances « occultes ». Pour certains, la dévotion au « ti bon Dié » est parfois intéressée avec des requêtes peu… orthodoxes. Il y a même une prière pour « obtenir la victoire sur ses ennemis ». Souvent les demandes se réduisent à des sollicitations concrètes et intéressées, qui frisent, pour certains, le mauvais sort.

Saint Expédit est également vénéré par l’hindouisme populaire où il appartient au groupe des divinités bénéfiques, mais disposant de pouvoirs redoutables. Ces derniers sont le motif de crainte pour certaines personnes. Quoi qu’il en soit, Saint Expédit est devenu un incontournable du patrimoine culturel de La Réunion et, souvent, il est bienveillant et aide à dénouer les situations les plus complexes.

What do you think of this post?
  • Super (0)
  • Nul (0)
  • Totoche (0)
  • LOL (0)
  • Nèrvé (0)
JP Junior

Contenu proposé par Super Payet

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le surfeur réunionnais Médi Véminardi réalise la meilleure performance au World Surfing Games 2016

L’illettrisme est encore une réalité à La Réunion