in

Vie chère à La Réunion : la crise sanitaire s’invite dans l’équation

Depuis le règne de la crise sanitaire pour être précis, on a remarqué la douce remontée des prix de certains produits ici à La Réunion.

On se demande quels en sont les raisons ? Heureusement, ces matières ne font pas partie des produits de grande consommation. Et bonne nouvelle, pour y faire face, le préfet a déjà organisé une réunion en visioconférence « crise sanitaire oblige » dans le but de trouver une solution. Et de cette réunion, on a établi un plan, tout d’abord, il devrait y avoir une transparence de prix et ce sur une liste de produits les plus utilisées sur l’île comme les fruits et légumes, les outils pour le BTP. Ensuite, il y a le renforcement de la sécurité d’approvisionnement. Et finalement, l’optimisation de la fluidité logistique du grand port maritime. L’état a aussi demandé aux fournisseurs de les informer s’il y a une hausse de prix sur leur produit afin de trouver le moyen de bloquer le coût. Il se pourrait même que d’autres mesures fortes seront appliquées afin de réglementer les prix de certains produits. Les propositions de la population ainsi que les acteurs économiques locaux sont fortement demandées et attendues.

Qu’en pensent les consommateurs ?

Afin de faire face à cette remontée de prix, il faut une solution d’autant plus que le salaire reste le même. Si certains réduisent leur consommation, d’autres préfèrent glaner çà et là les denrées au risque d’aller partout au lieu de rester dans une seule galerie commerciale pour faire ses emplettes et il y a également ceux qui ne peuvent plus choisir le produit, les produits bio devenus inaccessibles pour le moment. Il est donc important de trouver comment y faire face de façon durable.

En tout cas, l’état s’efforce pour qu’il n’y ait pas de hausse trop importante sur les prix du riz et de la viande, chose apparemment très difficile mais les autorités s’y activent.

Comment faire pour avoir des produits à prix raisonnable ?

Sept parlementaires (dont les députés Karine Lebon, Nathalie Bassire, David Lorion, Philippe Naillet et Jean-Hugues Ratenon, et les sénateurs Michel Dennemont et Jean-louis Lagourgue) ont déjà écrit à l’Etat sur la situation et a proposé une solution afin de permettre aux réunionnais dont les 40% vivent déjà sous le seuil de la pauvreté, d’accéder à ces denrées en gardant leur prix habituel malgré la flambée des prix. Ces solutions consisteraient dans un premier temps à réunir les acteurs nécessaires et les organes consultatifs dans le but de permettre aux insulaires d’accéder aux produits de première nécessité à des tarifs raisonnables et accessibles. 

Ils ont aussi constaté la nécessité, ô combien difficile à court terme, d’une acquisition de l’autonomie. Surtout que le cas de l’île est un peu particulier puisqu’il est nécessaire d’importer. Et finalement, une intervention auprès des compagnies maritimes de transports pour une desserte normale sur l’île de La Réunion. En tout cas, toutes ces solutions nécessitent du temps et des plans d’action bien défini et bien pensé.

Posteur Junior

Contenu posté par Lapo Patate

Cliquez sur les Htags de cet article

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Covid-19 : allégement des mesures sanitaires à La Réunion

Bob l’éponge serait néfaste pour nos enfants ?