in

Ces zoreils qui s’adaptent aux spécificités locales et qui vivent mieux que les kréols

Débarquer à La Réunion quand on vient de la Métropole. Il y a à la base beaucoup d’a priori, les promesses d’une « dolce vita ». Les légendes et les mythes liés à la vie dans un paradis tropical. Il y a également le choc des cultures. La Réunion est multiculturelle et chaque groupe social a ses propres codes et ses propres modes de pensée.

 

La nourriture et surtout le climat diffèrent grandement de Métropole. La première année, on est surpris par la chaleur étouffante qui règne à Noël et la beauté des arbres magnifiques tels que le Flamboyant. Impressionné de passer Nouvel-an à la plage entre camarades avec les lampions.

 

De nombreux Zoreils trouvent leur bonheur sur l’île au fil des mois et des années. Certains ont compris que le secret réside dans la théorie darwinienne : s’adapter dans l’environnement. Certains le font avec brio. Leur régime alimentaire change pour se conformer aux spécificités locales (cari), des zoreils apprennent rapidement la langue créole pour mieux fondre dans la masse. La plupart ont compris, mieux que les natifs, que pour équilibrer son budget, il faut vivre et manger local, acheter moins de produits importés genre Nutella, Nestlé, Kinder, etc. C’est peut-être là que réside le secret de leur adaptation réussie.

 

Crédit photo : Toukom

What do you think of this post?
  • Super (0)
  • Nul (0)
  • Totoche (0)
  • LOL (0)
  • Nèrvé (0)
JP Junior

Contenu proposé par Rudy Payet

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Meurtre de Johan Stuppa : 10 et 15 ans de réclusion criminelle pour Maoulida Bacar Amadi et Aycham Ahmed

Un manque d’eau à l’aéroport de Roland Garros ?