in

Inondation de la cité La Forêt à l’Étang-Salé : une demande de reconnaissance de catastrophe naturelle déposée

L’inondation impressionnante de la Cité La Forêt à l’Etang-Salé est encore dans les mémoires. A cause d’un fort épisode pluvieux, la catastrophe survenue la semaine dernière a occasionné d’importants dégâts auprès des habitations.

david-sita-aupres-des-etang-saleens

Le conseiller municipal de l’Etang-Salé, David Sita, avait effectué une visite le 27 février, en compagnie de Marie-Pierre Paris conseillère municipale, auprès des familles touchées par les intempéries. Suite à cette visite, le Maire d’Etang-Salé qui a été saisi du dossier a alerté, à son tour, le Préfet.

 

Une demande de reconnaissance de catastrophe naturelle a été déposée. Elle permettra, si elle aboutit, aux victimes bénéficiaires d’un contrat d’assurance de dommages (multirisques habitation, entreprise, automobile…) d’être indemnisées pour les dommages matériels dus aux inondations. Le dossier sera débattu avec le Préfet la semaine prochaine.

 

Un autre point important sera soulevé également grâce à l’alerte lancée par David Sita : l’endiguement des ravines Deschenez et Sheunon. Ce dossier n’avait pas été reconnu comme prioritaire par l’Etat au précédent PGRI. Les Étang-Saléens avaient réclamé que le nécessaire soit fait pour sécuriser la zone face aux crues de ces ravines qui sont à l’origine des inondations. Le dossier est prêt mais le lancement de l’opération est conditionné par son éligibilité au programme du Fonds européen de développement économique régional (FEDER).

What do you think of this post?
  • Super (1)
  • Nul (0)
  • Totoche (0)
  • LOL (0)
  • Nèrvé (0)
JP Junior

Contenu proposé par Yohan Chevalier

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Route du Littoral : pourquoi pas une route des Tamarins bis ?

Malgré la continuité territoriale, les personnes défavorisées ne pourront toujours pas voyager