in

CoolCool

Lettre ouverte : ode au Pouvoir…

« Le plus digne du pouvoir est celui qui en connaît la responsabilité ». La Rochefoucauld-Doudeauville

Cher élu (e) de Mayotte,

Ta nouvelle fonction et le pouvoir qui l’accompagne vont changer l’homme, la femme que tu es, que tu étais.

Après la fête, les colliers de « Hanfou », les applaudissements et les liesses populaires. Après les tourbillons de sollicitations, de valorisations qui te donnent un sentiment plus ou moins agréable à l’être humain que tu es. C’est simplement ce que l’on désigne par sentiment de notoriété avec les privilèges qui vont avec.

Néanmoins, l’élection n’est pas la fin, l’élection c’est le début d’un mandat.

Alors, nous te donnons le pouvoir, pour tenir ce rôle, et tu le ressens à travers tout ton être.

Oui, nous te conférons le pouvoir avec ses attributs qui sont nécessaires à une certaine prestance ; une prestance nécessaire à une certaine dignité de la fonction qui n’est pas celle de la personne que tu es, mais bien celle de la fonction que tu vas occuper de manière temporaire.

Moi Notoriété !

Je peux te rendre fou ;

Je peux t’être douce et enivrante ;

Grâce à moi, on te reconnait dans la rue ;

Parfois à cause de moi, on te fait des injures, mais peu importante, tu te sens être quelqu’un ;

Grâce à moi, on te fait des compliments ;

Grâce à moi, ton estime de toi explose toute échelle,

Grâce à moi, tu as l’impression que le monde tourne autour de toi ; Je peux être ton meilleur ami ; je peux être ton pire ennemi ;

Qui suis-je ? De quoi suis-je capable ?

Je suis Pouvoir !

Je peux te donner la capacité d’agir, donc je suis un outil, un moyen et non une fin ;

Je peux revêtir ton désir de faire quelque chose, en te donnant la capacité d’influencer, d’avoir un impact sur l’environnement, les personnes et le monde, car tu me dis toujours au début « c’est pour faire le bien que je te veux ».

Mais ton désir, ta recherche de moi s’inscrit dans ton histoire humaine, car tu es humain.

Parfois, ton besoin de compensation, le fait de me rechercher vient d’une nécessité, celle de venir colmater tes failles, tes déceptions, tes vulnérabilités enfouies au plus profond de toi.

Je peux être le révélateur de qui tu es, tu peux même ne pas te reconnaître ou au contraire te découvrir, car je te connais mieux que toi-même. Je peux dévoiler des choses de toi qui n’étaient pas visibles jusqu’à là.

Je peux montrer le meilleur de toi, comme montrer l’être le plus sombre qui tapisse au plus profond de ton être.

Moi Pouvoir  !

Je te propulse vers la lumière que tu cherches ;

Je te me permets d’agir en réunissant tous les ingrédients dont tu as besoin pour faire le bien.

Je consens à te laisser dominer à travers les attributs de ta fonction pour faire « le bien » et tu y gagneras un peu, car pour continuer dans cette quête il faut une petite contrepartie personnelle.

Toutefois, si tu me laisses faire je te dominerais ;

Je te ferais perdre le sens des réalités ;

Je te ferais perdre tes valeurs, tes convictions, tes engagements de début de campagne ;

Je te ferais changer ton rapport aux autres ;

Je te ferais croire que tu es tout puissant ; je te corromprais ;

Je ferais en sorte que tu perdes les personnes qui t’ont permis d’être propulsé vers moi ;

Oh ! Pouvoir douce illusion que je suis, cette illusion nécessaire qu’est le libre arbitre de me dominer ou de te laisser dominer.

Dans cette illusion de toute-puissance, que je t’octroie temporairement, moi pouvoir, je m’offre à toi, j’agis en toi pour le bien que tu dis vouloir faire pour ton île ;

Alors  !

Ne sois pas méprisant  ;

Ne sois pas vaniteux  ;

Ne sois pas sadique  ;

Ne sois pas omnipotent  ;

Ne sois pas une caricature de toi-même  ;

Ne crois pas détenir tout savoir  ;

Ne crois pas que tu es indispensable  ;

Ne cède pas au conflit d’intérêts  ;

Ne cède pas à la manipulation  ;

Ne cède pas au népotisme  ;

Ne cède pas face à « hubris »  ;

Ne crois pas que tu es au-dessus des autres et des lois  ;

Utilise-moi à bon escient

En étant et en restant humble  ;

En prenant de la distance avec moi  ;

En étant sérieux, mais avec un minimum d’autodérision  ;

En choisissant des personnes qui te complètent et non qui te ressemblent  ;

En t’entourant de personnes qui te critiquent  ;

En évitant les personnes qui te disent toujours oui en restant connectées à la réalité  ;

En dissociant l’individu que tu es et la fonction que tu incarnes  ;

En étant à l’écoute  ;

En communiquant avec les autres  ;

En étant empathique  ;

En proposant et non en imposant  ;

En ayant le discernement nécessaire à chaque instant  ;

En restant intègre  ;

Cher jeune élu (e),

Qui étais-tu avant moi  ?

Que veux-tu être grâce à moi  ?

Qui es-tu quand tu me détiens dans tes mains  ?

Qu’as-tu fait de moi durant ton mandat  ?

Qui seras-tu après moi  ?

Lorsque moi pouvoir je m’offre à toi, ce n’est pas parce que tu es meilleur qu’autre, c’est parce que je te mets au défi pour accomplir une mission à cet instant pour le grand nombre. Et si tu as la mission dans ton cœur et non le pouvoir dans ta tête, alors tu garderas un rapport sain avec moi.

Oui, tu as bien compris, je peux te transformer, car j’ai un effet pervers, celui de révéler ta vraie nature humaine.

Je peux te donner le sentiment d’une liberté d’être de ton moi authentique  ;

Je peux t’offrir une liberté d’agir selon tes véritables buts et valeurs  ;

Je ne te rends pas mauvais, non ! Je fais juste ressortir ton mauvais to i ;

J’ai encore un autre effet, celui de te procurer le sentiment que « tout est permis ».

Et mon piège se refermant sur toi, tu parviendras à légitimer des actes que tu condamnais avant de me tenir dans tes mains.

Alors, ne te laisse pas prendre dans mon filet, car tu pourrais t’y perdre dans mes méandres.

Reste sur tes gardes, car le contexte dans lequel tu vas m’utiliser peut avoir une part de responsabilité sur tes actes.

Le manque d’encadrement et de conséquences aux abus ou encore un milieu déjà corrompu peut te faire glisser vers un comportement frauduleux ou abusif de manière insidieuse.

Heureusement, je ne révèle pas que le mauvais en toi  ;

Ta personnalité, tes valeurs profondément bonnes peuvent te protéger de moi et contre tous abus  ;

Et garde en tête que tu me détiens que temporairement, car je me prénomme aussi éphémère  ;

Alors, je te laisse écrire ton histoire à travers l’histoire de notre île.

Signé : Juste un garde-fou

Cliquez sur les Htags de cet article

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La chanteuse mauricienne Meera Mohun a rendu l’âme

Une nouvelle prime d’inflation (100 euros) pour les plus modestes