in

Le bustier de Vanessa Miranville déchaîne les passions

« Je ne pensais pas qu’une tenue pouvait provoquer tant d’émoi », explique la maire de la Possession sur les ondes de Freedom. Au début, Vanessa Miranville abordait un sujet d’actualité d’importance. Lors de son intervention télévisée du lundi 26 septembre, elle avait parlé de la carrière des Lataniers. Mais malheureusement, son discours était passé au second plan. La faute à un… bustier légèrement décolleté. La tenue a alimenté les discussions occultant le fond du problème.

Sur Twitter, les réactions ne se sont pas fait attendre, l’agitateur péi s’exprime à travers une illustration et ces quelques mots : “Suite à la polémique sur radio freedom, Vanessa Miranville “adopte le look Bello” pour la tranquillité des ménages à La Réunion“. Selon Christophe TURPIN, “les réactions sur radio freedom sur la tenue du maire de la possession au JT en dit long sur le sexisme à La Réunion“.

D’ailleurs, l’élue a dû se « défendre » en direct sur la radio. Elle a expliqué les raisons de ce choix vestimentaire : « je cherchais quelque chose de classe. Et un bustier, c’est classe ». La « surdouée » de la politique essaye de retourner la situation à son avantage : « Quand on a trente ans, il faut avoir une ouverture d’esprit et un sens de l’innovation. Ce n’est pas habituel de voir quelqu’un s’habiller en bustier mais peut-être c’est parce que, tout simplement, on ne voit pas assez de femme de 30 ans faire de la politique ».

Le site satyrique Linfaux974 s’empare de l’anecdote et diffuse une infographie

 
Illustration : l’agitateur péi 974

Posteur Junior

Contenu posté par Super Payet

« N'est pas influenceur qui veut ! »

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Incendie à Montgaillard : une femme de 53 ans brulée à 40%

Une roquette ramenée à la gendarmerie de l’Entre-Deux