Connecte-toi

temoignage

« Chasse aux surfeurs » à La Réunion : il préfère casser sa planche plutôt que de la donner

La Rédaction

Publié

  2 748 Compteur de vues de l'article

La chasse aux surfeurs est lancée par les forces de l’ordre sur certains spots de l’île. Un lecteur de Journal.re nous a fait parvenir un témoignage sur certaines pratiques.

« Vous n’êtes pas sans savoir que les surfeurs se font actuellement verbaliser à tour de bras. Dans ce sens, j’ai relevé un incident malheureux. Ce 31 janvier, un jeune de 22 ans a vu son sac être fouillé sans sa présence. Pour finir, les agents ont voulu confisquer la planche de surf. Le jeune, dans un dernier acte de rage et de désespoir, a préféré casser sa planche plutôt que de leur donner. Il a fini par leur donner les deux morceaux.

Alors, je vous pose quelques questions : Les usagers de la mer que nous sommes, avions-nous tué quelqu’un ? Sommes-nous des délinquants ?

A l’heure où il y a un manque d’effectif criant sur tout le territoire en matière de forces de l’ordre, je constate qu’il y a plusieurs agents sur certains spots pour deux surfeurs. Ces agents, payés par nos impôts, n’ont-ils pas d’autres missions plus urgentes comme s’occuper de l’insécurité routière, du trafic de drogue, de l’alcool ou des violences qui ont cours ? Il est bien triste de voir ces effectifs utilisés pour un tel gâchis ».

  • Nèrvé (0)
  • LOL (0)
  • Totoche (0)
  • Piègue (0)
  • Doss (0)

temoignage

Malaïka : « I’m a Kafrine ! »

Miss Sentinelle

Publié

Malaïka est actuellement Australie et elle fait carrière dans la dance et le mannequinat. La belle jeune femme est fière de ses origines et le clame haut et fort. Sur son compte Facebook, elle le fait savoir à qui veut l’entendre. Ce média social est devenu pour elle un outil permettant de mettre en valeur son identité. Elle y prône l’émancipation de la femme réunionnaise, la fierté réunionnaise, la beauté et la richesse du métissage.

« Il faut s’affirmer et revendiquer ses origines. Il faut savoir d’où on vient pour savoir qui l’on est. (Avec cette acception) nous avançerons plus sûr de nous, avec plus de confiance en soi », un message positif lancé par la belle kafrine. Pour les uns, c’est une évidence. Pour d’autres cette question identitaire réunionnaise pose problème. Avouons-le, quelques personnes ont honte de leur origine. Cela favorise malheureusement, le repli sur soi et l’extrémisme. Heureusement, cela ne concerne qu’une minorité de Réunionnais.  Aujourd’hui, ces derniers sont partout dans le monde et, comme Malaïka, ils crient haut et fort leur fierté par rapport à leur origine.

malaika-australie

« Quand les gens me demandent mon histoire, je veux répondre « je suis un kafrine », je ne pense pas que ça sonne bien en anglais. Mais je suis fière de dire que je suis un créole français. C’est vraiment un plaisir de raconter à quel point notre pays est beau par sa biodiversité, sa richesse multiculturelle et la gastronomie (le rougail saucisse). C’est seulement quand vous (le quittez) que vous réalisez combien vous avez eu la chance de grandir là-bas. Je ne suis pas une imbécile, je vais finir ici (à La Réunion) un jour, avec un tas d’enfants », écrit Malaïka. Un témoignage sans ambages et direct, comme la culture réunionnaise.

 

Crédit photo : Malaïka

  • Nèrvé (0)
  • LOL (0)
  • Totoche (0)
  • Piègue (0)
  • Doss (0)
Continuer la lecture

temoignage

Réunionnais de la Creuse : elle découvre son adoption à 16 ans

Bibi Jacko

Publié

L’histoire des Enfants de la Creuse constitue un débat social et sociétal qui n’en finit pas. Cette décision qui remonte dans les années 60 continue à hanter les esprits. De 1963 à 1982, 1 630 enfants réunionnais « abandonnés ou non » et immatriculés de force par les autorités françaises à la Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales, furent déplacés par les autorités dans le but de repeupler les départements métropolitains victimes de l’exode rural. Ce déplacement d’enfants fut organisé sous l’autorité de Michel Debré, député de La Réunion à l’époque.

 

 

Régulièrement, des personnes, homme ou femme, découvrent qu’ils sont issus de cette émigration « forcée »  comme la Creuse, le Tarn, le Gers, la Lozère, les Pyrénées-Orientales. Valérie Andanson, fait partie de la longue liste. Elle a témoigné sur la chaîne France 2, dans l’émission Mille et une vies. Valérie Andanson est née en 1963 à La Réunion. Comme des milliers d’autres enfants réunionnais, elle a ensuite été adoptée en France, en vue de repeupler les campagnes. C’est à l’âge de 16 ans qu’elle découvre la vérité.

« Je suis tombée sur un papier qui me disait mes parents ne sont pas mes vrais parents et que j’ai été adoptée. Cela a été pour moi la douche froide. Je me disais que ce n’était pas possible. Je me suis assise sur le lit et j’ai craqué. Toutes mes questions par rapport à ma couleur de peau avaient eu leur réponse », explique-t-elle quand le journaliste lui demande de revenir sur ce jour fatidique. Valérie Andanson décide de revenir et de visiter son île natale. « La première fois à La Réunion, je voyais les montagnes. J’étais partie en famille pour en retrouver certains membres de ma racine originelle. Mais j’étais déboussolée », confie-t-elle.

 

 

L’histoire de la femme souligne l’épreuve que doivent endurer ces Enfants de la Creuse et la dualité qu’ils doivent vivre. « Il était tellement martelé dans l’esprit que ma maman était creusoise et que vie était à la Creuse. Si bien qu’une fois arrivée à La Réunion, cela a été le rejet. J’étais seulement spectatrice ». La pauvreté dans laquelle vivaient ses membres de famille à La Réunion l’a également marquée. « Je vois la case en tôle où je suis née. A la Creuse j’avais une belle vie. J’avais senti la pauvreté dans ma famille », se remémore-t-elle. Elle dresse également les murs qui sont érigés devant ces enfants « déracinés ». « Ma tante me parlait en créole, je ne comprenais rien du tout. J’avais fait un rejet de cette racine. Ma famille réunionnaise est tellement pauvre mais elle a la main sur le cœur. Je suis rentrée et j’avais vraiment senti que j’étais de la Creuse ». Après ce combat pour connaitre ses origines, Valérie Andanson milite pour aider les autres enfants à retrouver leurs racines.

 

Crédit photo et vidéo : Mille et une vies

  • Nèrvé (0)
  • LOL (0)
  • Totoche (0)
  • Piègue (0)
  • Doss (0)
Continuer la lecture

temoignage

Témoignage : le VIB ?… J’y étais et j’y ai passé une bonne soirée

Eric Delacroix

Publié

Very Important Bus.

Je dois vous avouer une chose, j’étais très emballé mais aussi très septique sur le fait de passer une bonne soirée dans… un bus. Une chose est sûre, mon amie et moi avons effectivement passé une excellente soirée !

C’est vers 18h45 que nous arrivons au point de ralliement sur la place Charles De Gaulle (Saint-Denis), le parking est assez désert mais cela n’empêche pas le VIB de briller de mille feux. En effet, avec son long gabarit tout noir et son très élégant logo vert, les lumières déjà toutes allumées à l’intérieur et son entrée pavée d’un tapis rouge avec des potelets, le VIB en jette !

Tout ce passe à l’intérieur du VIB, DJ et Bar inclus. Nous sommes dans un lieu magique qui permet de faire la fête tout en roulant d’un endroit à un autre. L’agencement intérieur et très bien étudié, et relativement spacieux pour y faire a fête. Vous y trouverez aussi des vestiaires et des WC. Le VIB propose un service plutôt complet au bar pour l’espace qui lui est réservé (boissons variées et assiette de mini-burgers/pizza).

Nous étions une vingtaine à boire, à rire, à s’amuser et à danser pendant 3 heures de promenade vers Saint-Gilles. Nous avons fait 2 escales, pour les fumeurs, mais aussi pour pouvoir prendre l’air et se dégourdir les jambes. Pharaon, le DJ du VIB, sait très bien comment mettre l’ambiance dans le bus et son panel varié de musique est au top ! Danser et bouger ? Figurez vous que nous n’avons jamais éprouvé de claustrophobie et au contraire, le côté exiguë du bus rapprochait des gens pour mieux s’amuser. Le service au bar est vraiment excellent pour un bus 😉 et les prix sont “corrects” pour le monde de la nuit (10e la coupe et 80 la bouteille).

Même si l’expérience reste un très bon souvenir et que nous avons passé une excellente soirée, 3 voir 4 heures reste un bon choix, car plus risquerait de nous ennuyer… cela reste un bus, même si il est exceptionnel comme aime le rappeler (trop) souvent sa propriétaire.

Au final, n’hésitez pas une seconde à tenter l’expérience si vous aviez encore des doutes. Cela reste unique sur La Réunion et au moins a faire une fois ! Nous avons passé une très bonne soirée sans aucun regret. A bientôt le VIB 🙂

  • Nèrvé (0)
  • LOL (0)
  • Totoche (0)
  • Piègue (0)
  • Doss (0)
Continuer la lecture

Les incontournables

Il y a 2 années par Ando R • 75 965

Un tunnel pour relier La Réunion à Maurice ?

226 km séparent l’île Maurice et La Réunion. Les bousculades aériennes ne manquent pas entre ces îles voisines aussi bien...

Il y a 2 années par Papangue • 114 885

Le Cari bouchon : il fallait y penser !

La créativité culinaire des Réunionnais semble être infinie et exaltante. C’est une très bonne chose pour le renouvellement de la...

Il y a 3 années par Joelle M. • 108 556

L’homme à tête de coq a été aperçu à Gillot

En novembre 1988, l’affaire était en première page du journal « Le quotidien » avec comme grand titre « le...

Il y a 3 années par Papangue • 120 661

« Mi aime quand mon fomn y tire mon mangé ! »

Une tradition presque désuète à La Réunion veut que la femme s’occupe de son homme le soir après une dure...

Il y a 3 années par Miss Sentinelle • 239 004

Un sandwich américain qui bat tous les records à La Rivière

C’est ce qu’on appelle une bataille gourmande. Les concours culinaires ont à présent le vent en poupe grâce aux émissions...

Il y a 3 années par Rudy Payet • 152 463

Qui se souvient de la 404 : la camionnette bâchée emblématique de La Réunion ?

On la reconnaît à ses gros yeux globuleux et son calandre souriant. Elle fait partie des héritages mécaniques de la...

Il y a 4 années par Bibi Jacko • 17 388

Des « soucoupes volantes » dans le ciel réunionnais

Ne vous inquiétez pas, il ne s’agit pas d’une invasion de martiens ni du débarquement d’extraterrestres belliqueux mais d’un phénomène...

Il y a 4 années par Aurélie Phileas • 67 396

Ça y est ! Le Solpak est enfin de retour !

  Si vous parlez de Solpak à un Réunionnais, il sourira, car il sait exactement ce dont il s’agit, et...

Facebook

Trending