in

« Mi aime quand mon fomn y tire mon mangé ! »

Une tradition presque désuète à La Réunion veut que la femme s’occupe de son homme le soir après une dure journée de labeur dans les champs ou sur les chantiers. Le cari, le grain et le riz sont cuits à l’heure du repas dans les cases réunionnaises. L’on peut encore assister aujourd’hui à des scènes dans certains foyers réunionnais. Qualifiées de rétrogrades par les féministes, ces pratiques sont issues du vécu lontan. « Mon chéri mi tire out mangé ? ». L’homme attend patiemment d’être servi par sa bien-aimé.

Cette habitude ferait bondir aujourd’hui les féministes et les défenseurs de la cause féminine les plus chevronné(e)s.  Cette image désuète renvoi à celle d’une femme qui occupe un rang subalterne. La gent féminine est seulement cantonnée à des tâches ménagères, ce qui fait fi de l’égalité des sexes qui est promis actuellement.

Mais dans la société, la coutume est parfois plus forte et plus tenace. Les traditions ont encore la vie dure. Aujourd’hui, ces scènes ne sont que des résurgences de la culture et de la sensibilité créole. Mais jusqu’à quand ?  Les mœurs évoluent à vitesse grand V. La mondialisation et les moyens de communication modernes tendent à rendre plus complexe la problématique entre les valeurs actuelles et les traditions.

What do you think of this post?
  • LOL (9)
  • Super (6)
  • Nul (6)
  • Nèrvé (6)
  • Totoche (3)
JP Junior

Contenu proposé par Papangue

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

9 commentaires

Ajouter une réponse
  1. bann féminis la zotva trouv touzour in nafer poudi ! arèt diviz bann famy souplé, argard koman lo bann fanm ilé astèr : konsomatris : ifim plis cigarèt ke lo zonm, ibwar eskizé i kokot la rak pli vilan kin boug… i mars doplisanplis touni, linz i rakoursi. sa bann féminis la i aplodi; alé marsé ! in fanm kom bann mémé, bann gramoune sésa FANM ! tssss…

  2. Kan ou nena in Boug i en vo la peine » Oussa i lè le problème ????? La mienne mi serv ali très souvent et mi peut assur à zot que mi lé pas in fanm soumi!!!!!

  3. Tir mangè son boug kan li sorte travai kanl li lè plus fatiguè ke ou parsk li la travail plus oussa I lè le probleme feministe pas feministe si ou yaime out boug c un ti l atention comme un ote ke ou donne a out boug parsk li merite ke son fanm oci I occupe un pe de li ! Mi le loin d etre un famn soumis et jamè mon boug va commande a moin ou oblige a moin tire son mangè mais mi aime prend soin de mon boug ! Apres na sat I fai par plèzir et sat I fai par obligation la dessu si un famn tire mangè son boug parsk li lè obligè c un ot zafair ! Mais en tout cas occupe son boug parske ou yaime a li I fè pas de ou dans out caz un famn inferieur a out boug desole et pourtant a mi na 24ans et mi na point la mentalitè gramoun !

  4. « Avoir un rang subalterne  » ou un geste tendre rempli d’affection pour celui qu’on aime et qui nous le rend bien …
    Tout dépend du point de vue de chacun
    Il faut réfléchir de temps en temps

  5. Moin mi trouv sa normale mon bonhomme i arrive lé fatigué,mi tir son dîner,et pourtant mi lé pas soumise. !!!!! Et mi prend plaisir faire.surtt kil es pas compliquer sur la nourriture.?????

  6. Décidément ! les croyances ont la vie dure ! Celles qui pensent que les femmes sont moins fatiguées que les homme à la fin de la journée n’ont, sans aucun doute, rien branlé. Une femme qui s’occupe convenablement de sa famille, qui n’est pas scotchée devant la télé ou à commérer avec le voisinage, en a autant plein le dos le soir. Qu’elle serve de temps en temps son homme, OK § mais que ce ne soit pas automatique sous prétexte qu’il soit plus fatigué qu’elle ! Ente, lessives, repassages, , balayages, cuisines, pour peu que la femme aime aussi bricoler, jardiner, s’investir dans des aides variées et diverses, elle est aussi fatiguée qu’un homme, le soir venu. Et elle ne sera pas au repos tant que les enfants ne seront pas couchés ! Et elle a encore tant à faire entre la fin de sa journée de travail et le coucher ! Les devoirs, l’écoute, les doléances des uns et des autres, les litiges à régler, etc.
    Comment voulez-vous la parité dans un pays, où on a appris aux femmes à raisonner comme les hommes aimeraient l’entendre raisonner? Non ! chacun doit tirer son manger ! Il est aussi facile de plonger une cuillère dans une marmite de riz que de lever le coude pour boire un verre avec les copains. Non ? Alors arrêtons de nous prendre la tête pour des choses qui n’en valent pas la peine. Concentrons-nous plutôt sur les vraies valeurs de la vie ! Ce n’est pas incompatible avec les traditions !

  7. Servir son mari parce qu’il est fatigué? à nou non nou, nou gratte nout’ ki toute la journée peut être. ou parce que c’est le « rôle de la femme » ? il a pas de mains? Mon mari me sert et je sers mon mari, on a tous les deux pris un congé parental pour s’occuper des enfants. On est en 2016 les gars !!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Des gigolos mauriciens font le bad-buzz

Ti Bad : le Webcomic made in la kour