in

Pourquoi les Réunionnais ont autant de mal avec l’environnement ?

Band cochon – le site de la « traque des déchets et de la pollution sur l’ile de La Réunion » – fait régulièrement une piqure de rappel sur nos obligations en faveur de l’environnement. De nombreux sites pollués sont rapportés sur le site et la tendance ne semble pas faiblir malheureusement au fil des années.

Les 2 projets d’incinérateurs montrent la voie qu’a choisie La Réunion dans la gestion de ses déchets ménagers. Ces derniers seront éliminés par la manière forte alors que d’autres techniques moins polluantes existent et les solutions sont nombreuses. Dans les pays nordiques, le triage des déchets est une pratique ancrée dans le quotidien de tout un chacun. 5 bacs, en fonction du type de déchet, sont proposés aux ménages et aux usagers pour un triage efficace.

A La Réunion, le chemin en faveur de l’environnement est encore long et ardu. L’éducation, la sensibilisation, la précarité, le manque de projection et surtout l’approche selon laquelle « tout ira à la mer » sont autant de facteurs de blocage. La culture de l’écologie est encore loin des préoccupations de nombreux Réunionnais.

Une lueur d’espoir subsiste. Des groupes de réflexion et des « foyers de conscience » fleurissent et commencent à faire parler d’eux. Par exemple, le collectif « Touche pas nout roche » a réussi à mobiliser près de 4 500 personnes qui ont formé une grande chaîne humaine. Jusqu’à maintenant, c’est le plus grand rassemblement – sur fond de revendications liées à l’environnement – dans l’île. Cette initiative est à vulgariser et il faut surtout que chaque Réunionnais soit conscient que « nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ».

What do you think of this post?
  • Super (0)
  • Nul (0)
  • Totoche (0)
  • LOL (0)
  • Nèrvé (0)
JP Junior

Contenu proposé par Miss Sentinelle

A l’affût de l'actualité croustillante dans l'hémisphère Sud ou dans l'hémisphère Nord ! Journaliste participatif depuis 2016 ❤

Notez ce contenu en cliquant sur les pouces

5 commentaires

Ajouter une réponse
  1. Le réunionnais dit adorer son île. Il en parle d’ailleurs toujours avec amour voire chauvinisme. Preuve en est qu’il y a de plus en plus de randonneurs, de pique- niqueurs; si on va dans la nature c’est qu’on l’aime. Et autour de chaque maison, de chaque tite case, il y a de beaux jardins, pleins de fleurs, d’arbres fruitiers, d’aromates, de plantes médicinales. Mais paradoxalement, il y a aussi beaucoup de réunionnais qui jettent partout : de la voiture en roulant, dans les ravines, à côté de la poubelle du lieu de pique-nique si la poubelle est pleine…etc…Il y a même des gens qui vont mettre des encombrants dans leur voiture et les laisser en pleine nature, alors qu’il y a des déchetteries partout. Ce sont peut-être les mêmes personnes qui adorent la Réunion et qui la salissent impunément. Une solution possible, la verbalisation, mais difficile le flagrant délit. Autre possibilité, employer plus de brigades vertes qui sensibiliseraient quartier par quartier et associeraient les habitants à des actions de nettoyage et de revalorisation.

  2. Non madame Fleurié le flagrant délit n’est pas difficile …. Nous les chasseurs de Bandcochon le savons nous pourrions publier plein de photos de flags… mais les créateurs de Bandcochon ne veulent pas se substituer aux services de police. Le cochon lu jette toujours + ou – au même endroit et soit le matin (très très tôt) soit le soir (très très tard) et voilà… les verbalisateurs officiels ne sont pas là…ce ne sont pas leurs heures de travail : c’est là que ça coince + ça arrange bien les élus qui veulent pas trop s’en prendre à leurs électeurs éventuels… C.Q.F.D.

  3. C’est un constat qui est à mitiger ! On a l’impression que les réunionnais polluent plus que les autres parce que dès qu’il y a un site pollué, les internautes prennent des photos et en font un sujet public. Du coup, on a l’impression que ça arrive souvent et qu’on est pire qu’ailleurs.

    Alors que ce n’est pas forcément vrai. Etant en métropole, je vois énormément de lieux pollués, sauf que la différence c’est qu’ici peu de monde prend en photo et le diffuse sur la toile.

    Donc attention aux idées reçues, et vérifions nos informations avec un peu plus de sérieux.

    • @Pierric : Aou comprends pas qu’on s’occupe pa de la métropole ? Ici nou sommes sur une île, un ptit caillou, et qu’on doit le protéger. Comparer ne sert à rien et n’apporte aucune solution. Sa lé juste parce que aou supporte pa qu’on dise des vérités… pffff allez tir’un feuille don…

  4. J’en suis à 20 ans de lutte et d’investissement dans la gestion des déchets sauvages sur l’île, c’est encore sale mais un peu mieux car le volume de déchets consommés a lui beaucoup augmenté, le tri sélectif a permis de limiter, mais énormément de déchets flottants finissent à la mer, pour aller alimenter les décharges plastiques marines.
    Pour vous répondre simplement Pierric, la Réunion se doit de faire mieux que la métropole, question de visibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voiture de police incendiée à Paris : cinq suspects appréhendés

Surrémunération des fonctionnaires outre-mer : le gouvernement maintient sa position